Contenu

Retour sur la matinée d’information « produits phytosanitaires : risques et alternatives » du 4 novembre 2014 à la communauté de communes de l’Isle Crémieu

Soucieuse de la protection de l’environnement et de la santé publique, la communauté de communes de l’Isle Crémieu poursuit sa sensibilisation auprès de ses communes membres afin de réduire, voire abandonner, l’utilisation des produits phytosanitaires et privilégier les alternatives.
Une première matinée d’information avait déjà eu lieu en 2011, suivi d’un accompagnement des communes (étalonnage des machines, meilleure application des mesures sécurité dans le stockage et l’utilisation des produits, etc…).

Profitant des dernières élections municipales, le 4 novembre 2014 a donc été organisée une nouvelle matinée d’informations davantage pratique, intitulée : « Les produits phytosanitaires : risques et alternatives », à laquelle étaient conviés les élus en charge de l’environnement et de la voirie, ainsi que les agents techniques des communes membres de la communauté de communes de l’Isle Crémieu.
Outre les nouvelles dispositions obligatoires et légales dans l’utilisation de ces produits, ce rendez-vous abordait principalement les méthodes et outils alternatifs aux produits phytosanitaires (plan de gestion différenciée, outils de désherbage mécanique, etc…).

Ainsi, plusieurs intervenants reconnus dans ce domaine se sont succédés à la tribune :
• FREDON, Sébastien GRATIER, conseiller en environnement, responsable Assurance Qualité ;
• GEOPHYT, Yves CROSAZ, Docteur en écologie, du bureau d’études et de recherche en génie écologique, spécialisé dans la végétalisation et la réhabilitation des sites dégradés aménagés ;
• AGROSTIS, Lorraine AGOFROY RAYMOND, paysagiste conseil.

Des démonstrations de machine/outillages ont ponctué la matinée, avec les sociétés :
Kersten, Innov’paysages, Avril et Robert. A noter également la présence d’ECHOVERT pour ses solutions de paillage et de désherbage naturel.

Le bilan de cette matinée est plutôt positif, avec 19 communes représentées sur 21, soit près de 40 participants (la moitié composée d’agents techniques, l’autre moitié d’élus). Après sondage, le contenu a semblé répondre à leurs attentes tant sur les apports théoriques que sur les démonstrations techniques.